Le pardon illimité et la parabole du débiteur impitoyable des dix mille talents



J'ai eu une discussion avec quelqu'un récemment. Ce n'était pas la première fois que cela se passait et je me suis interrogé: «Voyons. Cette personne ne peut avoir le même comportement à chaque fois que je la rencontre !» J'étais contrarié et dans mon étude matinale, je dis à Dieu: «Cela se répète. Je ne peux plus le supporter.» Puis étonnamment, la réponse suivante me revint à l'esprit: «Tu refais les mêmes péchés encore et encore et je te pardonne.» Bien sûr, je «me tus» immédiatement. Il ne me fallut longtemps pour me remémorer les mêmes péchés, répété encore et encore au fil des ans, et les moments où je suis allé trouver Dieu, sans larmes, sans en ressentir un poids énorme, mais avec un simple regret, comme si rien de mal ne s'était passé, en lui demandant qu'il me pardonne parce que.... Il le devait! Vous savez que nous avons été faits à l'image de Dieu (Genèse 1:26). Si vous vous sentez blessé lorsqu'un frère pèche contre vous, Dieu l'est également lorsque vous péchez contre lui (et/ou votre frère). Peu importe de savoir si votre comportement affecte quelqu'un ou non. Indépendamment du fait que le péché est contre un autre humain, il blesse toujours Dieu. Et il nous pardonne. Continuellement!

 

Le pardon illimité

Plus tard, penser à cette incidence contre Dieu m'amena à l'esprit la parabole du débiteur impitoyable des dix mille talents. Étudions son contexte avant d'examiner la parabole plus attentivement. Nous pouvons lire dans Matthieu 18:15-22:

 

Matthieu 18:15-22
«[Le seigneur parle] Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain.» Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.»

 

Le passage suivant la réponse du Seigneur à Pierre est la parabole du débiteur des dix mille talents. Comme nous pouvons le voir, le contexte concerne le pardon. Jésus expliqua ce qui devait être accompli lorsqu'un frère pèche contre nous. Alors Pierre le questionna afin de savoir combien de fois devrions-nous pardonner se frère. Il a probablement pensé de la manière suivante — tout comme nous l'aurions surement fait —: «Ok, Seigneur... Si ce frère pèche contre moi, je peux lui pardonner la première fois et même, la seconde ou la troisième fois... Je dois lui donner d'autres chances. Mais après un certain temps, il suffit! Je veux dire, je lui ai donné de nombreuses opportunités, mais il répète constamment la même erreur. Je ne peux plus le supporter. Je lui ai déjà offert suffisamment de possibilités de changer». Pour Pierre, 7 fois auraient été suffisantes. Si la même erreur se répète passé ce décompte, alors il n'aurait probablement pas donné de chance supplémentaire à son frère. Il en a eu suffisamment. Imaginez Dieu appliquer le même principe à nos personnes! Imaginez qu'il possède une certaine limite, passée laquelle il annoncerait: «OK petit frère... J'en ai assez avec toi! Je ne peux plus te supporter ainsi que ton caractère. Je t'ai donné suffisamment de chances et celle-ci était la dernière. Dehors, maintenant !» Mais, heureusement, ce n'est pas ce que fait Dieu! Dieu est pardon. Il existe uniquement un péché qui ne peut être pardonné, le péché impardonnable. Pour tous les autres, il n'y a pas de limite à laquelle, ils ne seraient plus pardonnés. La Parole déclare dans 1 Jean 1:8-10; 2:1-2:

 

1 Jean 1:8-10; 2:1-2
«Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Mais si nous vivons dans la lumière, tout comme Dieu lui-même est dans la lumière, alors nous sommes en communion les uns avec les autres et, parce que Jésus, son Fils, a versé son sang, nous sommes purifiés de tout péché.» Si nous prétendons n'être coupables d'aucun péché, nous vivons dans l'illusion, et la vérité n'habite pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste et, par conséquent, il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout le mal que nous avons commis. Si nous disons que n'avons pas péché, nous le faisons menteur et Sa Parole n'est point en nous. Mes petits-enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.»

 

La Parole annonce que nous ne pouvons pas pécher, Dieu est tellement fidèle et juste qu'il nous pardonnera si nous le faisons malgré tout et que nous le lui confessons! En lui, existe le pardon illimité! Il ne s'agit pas de «jusqu'à 7 sept fois, puis il suffit !» Il ne s'agit pas de: «je ne peux plus te supporter en raison de tel ou tel péché !» Il ne s'agit pas de: «J'en ai assez de toi et de tes péchés !» En Dieu, existe le pardon sans fin! Je pense qu'il s'agit de l'une des plus incroyables nouvelles dans la foi chrétienne! C'est pourquoi le Seigneur se tourna vers Pierre pour lui dire: «Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.» signifiant ainsi «il n'y a pas de limite, Pierre. Car le Père te pardonne, tu dois aussi pardonner ton frère.» Le pardon illimité existant chez notre Père, il doit être également présent en nous. Lorsque vous pensez que vous ne pouvez plus pardonner à votre frère, pensez aux milliers de fois où Dieu vous a pardonné et où il vous pardonnera de nouveau. Je crois que vous changerez d'état d'esprit.

 

La parabole du serviteur impitoyable et des dix mille talents

C'est dans ce contexte de pardon illimité que le Seigneur nous offrit la parabole du débiteur impitoyable des dix mille talents. Celle-ci suit immédiatement la conversation de Pierre et se trouve dans le verset 23 à 35 de Matthieu 18:

 

Matthieu 18:23-35
«C'est pourquoi [ces mots relient la parabole directement aux Paroles de Jésus à Pierre concernant le pardon] le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il soit vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette soit acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: [Seigneur,] aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il ait payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.»

 

Les mots «c'est pourquoi» ouvrant la parabole sont liés aux paroles du Seigneur dans les versets 15 à 22 concernant le pardon. Dieu m'apporta cette parabole à l'esprit en m'offrant également l'explication suivante: Dieu est le roi, je suis le propriétaire des dix mille talents, mon frère est le débiteur qui me doit 100 dinars et qui a péché contre moi. Enfin, les talents constituent une unité de mesure du péché. Mes péchés envers Dieu représentent des millions. Ils sont nombreux, jour après jour, et la plupart du temps, il s'agit des mêmes, encore et encore. Je vais vers Dieu pour obtenir le pardon et il me pardonne. Le sang de Jésus Christ m'a purifié de tous mes péchés. Dieu a pardonné toutes mes anciennes dettes et me pardonne les nouvelles afin que je puisse vivre, jour après jour, «sans dette» !! Mais, désormais, mon semblable, mon frère, vient et pèche contre moi. Au lieu de penser: «je suis également le débiteur de Dieu. Il m'a pardonné, moi et mes dettes, tous les jours. Je ferais de même avec mon frère», dis-je. «Non, je ne peux pas accepter tes dettes envers moi. Il suffit. Je ne pardonnerais pas ceci. Mettez ce frère en prison. Jetez-le donc là-bas. Je ne souhaite pas en savoir davantage de lui (ou de façon plus subtile: «je tiendrais mes distances avec cette personne»)». Lorsque nous nous comportons de cette façon, nous oublions à quel point Dieu nous a pardonné! Non seulement nous agissons de cette façon, mais en «jugeant» notre frère, nous appelons également le jugement de Dieu dans nos vies. Voyez ce que déclare le Seigneur:

 

Matthieu 18:32-35
«Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.»

 

Lorsqu'au lieu de pardonner votre frère, vous agissez en juge, prononçant le jugement et le punissant, alors vous invitez le jugement de Dieu dans vos vies et sur vos péchés! Jésus déclare clairement: «C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera»! Ce que Jésus dit est: «Soyez vigilant. Si vous agissez en juge pour les péchés de votre frère envers vous, attendez-vous à ce que Dieu commence à vous JUGEZ et prononce également un jugement sur vos péchés. Au lieu du pardon de la «dette», attendez-vous à la punition! Au lieu d'avoir une vie «sans dette», vous pourriez être «jeté en prison». Peut-être n'aimez-vous pas cette affirmation, mais telle est la vérité!

 

Le pardon: autres références

Nous trouvons ci-dessous des références supplémentaires, spécialement pour ceux d'entre nous qui prennent le pardon de Dieu comme étant garanti et trouvent difficile de pardonner les autres:

 

Matthieu 6:12-15
«pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père Céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.»

 

Marc 11:25-26
«Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. [Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.]»

 

Luc 6:36-38
«Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous. Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.»

 

Qu'en serait-il si Dieu avait arrêté de vous pardonner? Terrible, n'est-ce pas? Qu'en serait-il si Dieu avait commencé à prononcer un jugement sur vos péchés? Atroce! Et bien, c'est ce qui se produira lorsque nous ne pardonnons pas aux autres. Au contraire, nous accueillons dans nos cœurs les péchés et les blessures qu'ils ont pu nous donner, en leur refusant le don du pardon. Si nous ne pardonnons pas, nous ne serons pas pardonnés. Si nous prononçons un jugement, nous pouvons trouver Dieu nous juger sur nos péchés également! Qui souhaite cela? Certainement pas moi!

 

Éphésiens 4:32
«Et soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.»

 

De même, Colossiens 3:13
«Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.»

 

Si vous recherchez la mesure du pardon, voici pour vous: «comme Dieu vous a pardonné en Christ», de même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.»

 

Conclusion

Le pardon n'est pas une option. C'est un INCONTOURNABLE. Le péché est une réalité et, d'autres pêchent contre nous, tout comme nous péchons contre les autres et contre Dieu. A chaque fois que vous trouvez difficile de pardonner et où vous rencontrez des comportements et des péchés répétés, pensez au pardon de Dieu. Pensez au nombre de fois où il vous a pardonné et où il continuera d'agir ainsi. Nous sommes tous ses débiteurs de dix mille talents et ce qui nous est emprunté ne représente que quelques centimes. Laissons-les partir! Pardonnons-leur !

 

Anastasios Kioulachoglou

 

 




 

Le pardon illimité et la parabole du débiteur impitoyable des dix mille talents (PDF) Edition PDF